Panorama #1

Publié le 11 Avril 2015

Nicolas Muller.

Nicolas Muller.

Nicolas Muller.

Nicolas Muller.

Regards de Femmes.

Regards de Femmes.

William Klein.

William Klein.

​Par Mathilde Beaugé.

PANORAMA.

La sélection de L'Écoute-Coeur.

Les découvertes photographiques du mois de mars 2015.

  • Regards de femmes

Exposition collective autour de 6 artistes : Sarah Caron, Marie Dorigny, Isabel Muñoz, Marianne Rosenstiehl, Sabine Weiss et Gabriella Zalapì.

« La galerie HEGOA présente des artistes femmes qui portent un regard sur les femmes du monde, à travers le temps. Entre poésie, sensualité, audace et engagement, l’exposition tente de faire découvrir les multiples facettes de la féminité. » - Nathalie Atlan Landaburu

Plongée au cœur de la féminité à travers le monde ; embarquez pour le Cachemire, le Pakistan, la Colombie et bien d’autres à travers les objectifs aiguisés des six photographes représentées. Une expo essentielle en ces temps encore troublés par l’inégalité des sexes par, sur et sûrement pas uniquement pour les femmes.

Galerie Hegoa 16, rue de Beaune Paris 7ème. Du 24 février au 29 mars 2015.

http://galeriehegoa.com/exposition/regards-de-femmes/

  • Miroir des avant-gardes, 1927-1940

Florence Henri et ses autoportraits, compositions abstraites, portraits d’artistes, nus, photomontages, collages et photographies documentaires capturées à Rome, Paris ou en Bretagne. Retour sur l’œuvre de la photographe des années 20, tout en noirs, blancs, sépias, délicatesse, abstraction et féminité.

Galerie du Jeu de Paume 1, place de la Concorde Paris 8ème.

Du 24 février au 17 mai 2015.

http://www.jeudepaume.org/?page=article&idArt=2207

  • Traces d’un exil

Nicolas Muller est l’une des grandes figures de la photographie « sociale » hongroise. Une bonne partie de sa vie fut placée sous les auspices de l’exil, de la Hongrie à l’Espagne en passant par Paris, le Portugal et le Maroc.

Le Jeu de Paume explique :

« L’exposition du Château de Tours réunit, pour la première fois en France, une centaine d’images et de documents issus des archives conservées par sa fille Ana Muller et sélectionnées par Chema Conesa. Elle retrace de façon chronologique le parcours de ce photographe pour qui l’horizon a longtemps été provisoire. »

Des noir et blanc au cordeau, une diversité culturelle et une richesse populaire incroyablement capturées, le monde de Nicolas Muller est passionnant.

Galerie du Jeu de Paume 25, avenue André Malraux 37000 Tours. Jusqu’au 31 mai 2015.

http://www.jeudepaume.org/?page=article&idArt=2212

  • Prisons

Grégoire Korganow nous plonge au cœur d’une vingtaine de prisons françaises. Réalistes et sans jugement, les couleurs employées racontent ces lieux inaccessibles, objets de tous les fantasmes. Bienvenue dans un enfer insidieux et sournois, fait de solitude, de promiscuité et de règles avilissantes.

Le photographe raconte avec pudeur : « Je saisis l’indicible, le temps qui s’arrête, la vie qui rétrécit, qui s’efface. Je ne montre aucun visage. Je ne raconte pas d’histoire. Je m’en tiens au traitement des individus et de leur intégrité. Je m’en tiens à ce que la spatialité, les mouvements, les postures, les marques corporelles révèlent de la condition carcérale aujourd’hui. »

Maison Européenne de la Photographie 5, rue de Fourcy Paris 4ème. Jusqu’au 5 avril 2015.

http://www.mep-fr.org/evenement/gregoire-korganow-prisons/

  • Tokyo 1961

William Klein et la Galerie Polka présentent une exposition inédite autour du séjour du photographe américain à Tokyo dans les années 1960. Toujours fort de sa verve insolente et de ses intenses noir et blanc, l’artiste, dont la réputation n’est plus à faire, se mêle à toutes les scènes, du Palais Impérial au métro en passant par l’effervescence de la bourse.

Galerie Polka 12, rue St Gilles Paris 3ème. Du 7 mars au 9 mai 2015.

http://www.polkagalerie.com/fr/expositions-william-klein-tokyo-1961-william-klein.htm

  • Mads Nissen

Lauréat du prestigieux World Press Photo 2015, le danois Mads Nissen a offert à la compétition un regard esthétique et doux sur l’homosexualité en Russie. L’ensemble de son œuvre s’ancre dans les codes du photojournalisme d’aujourd’hui : contrastes intenses, cadrages atypiques et scènes à forte caution émotionnelle, dont la capture vaut mieux qu’un long discours.

Coup de cœur pour sa série Amazonas, d’une intensité rare, entre noirceur de l’Homme et lumière de la Nature. Ce photographe de 36 ans a tout du prodige à suivre de près.

Tous droits réservés ©

Florence Henri.

Florence Henri.

Florence Henri.

Florence Henri.

Mads Nissen.

Mads Nissen.

Mads Nissen.

Mads Nissen.

William Klein.

William Klein.

Rédigé par Mathilde Beaugé.

Publié dans #Photographie, #Expo

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article